Alimentation, agriculture, pêche et finance : un rapport sur les enjeux et l’investissement à impact social

Alimentation, agriculture, pêche et finance : un rapport sur les enjeux et l’investissement à impact social

Le 15 juin dernier, la fondation de la famille J.W McConnell* sort un nouveau rapport intitulé « Food, Farms, Fish and Finance: Practical impact investment strategies to seed and sustain local food systems ». Ce rapport a pour but d’étudier la question de l’investissement d’impact pour l’agriculture locale au Canada. Il met également en lumière la situation d’entrepreneurs dans des systèmes d’alimentation durables et locaux.

Par conséquent, ce document fait état des difficultés que rencontrent ces entrepreneurs dans le développement des pratiques agricoles dites durables. La plupart des personnes rencontrées et interrogées œuvrent dans des petites entreprises, souvent familiales où la recherche de sources de financement viables et significatives est le nerf de la guerre. Ces entreprises visent à équilibrer la rentabilité et le retour sur investissement avec pour objectif principal de cultiver une cuisine locale et durable. Toutefois, ces entreprises font face à d’importants risques. En effet, l’agriculture est une activité économique extrêmement tributaire des conditions météorologiques et par conséquent du changement climatique. Aussi, le caractère périssable des produits ne fait qu’augmenter la difficulté des prévisions de récolte. En effet, ce qui différencie ces entrepreneurs du reste des entreprises dans ce domaine de l’agriculture et de l’alimentation, c’est l’utilisation de savoir-faire et de produits naturels. Pas d’emploi de pesticide, d’OGM ou autres techniques qui ne respecteraient pas le cycle naturel de l’environnement. Il est d’autant plus difficile pour ces entreprises de se développer et de pérenniser leur activité quand la compétition du marché exige des prix concurrentiels.

Les capacités d’autofinancement de ces entreprises sont difficiles à court terme. Elles recherchent donc des investisseurs qui supporteraient leurs investissements. Cependant, ces derniers montrent un faible intérêt pour ces pratiques, car les marges de profits sont bien souvent faibles dans ce secteur d’activité. Pour pallier à cela, les entrepreneurs agricoles locaux ont trouvé nombre de moyens pour réduire les coûts de production. En effet, qu’il s’agisse de la réduction des déchets, de la gestion du risque par la diversification ou de la réduction et de la maîtrise de la chaîne d’approvisionnement, ces entrepreneurs s’attachent à donner un caractère soutenable à leur activité économique.

Ce rapport met en évidence, les opportunités et les besoins d’une prise de risque plus philanthropique, et de la nécessité d’investir dans le secteur agricole local et durable, en encourageant de nouvelles activités ainsi que l’innovation sociale. En effet, la valorisation de l’économie locale tend à rendre les entreprises agricoles plus pérennes. Enfin, les investisseurs doivent chercher à partager le risque et le rendement de façon équitable.

La paysannerie est l’un des plus anciens métiers. Ces paysans qui, étymologiquement, «façonnent le pays» depuis toujours ont la noble tâche de nourrir le Monde aujourd’hui encore plus qu’hier. En effet, si, l’agrobusiness a depuis plusieurs années montré des limites tant écologiques qu’économiques, le retour à l’agriculture locale favorise en revanche une création de valeurs partagée où la valeur économique est associée à la valeur sociétale. Par conséquent, le réinvestissement dans l’agriculture durable locale permet de lutter contre la pauvreté rurale et le réchauffement climatique, tout en favorisant une certaine sobriété. Enfin, ces agriculteurs ont entre leurs mains les clés de l’économie de demain, il serait bon de remettre l’homme à sa place comme l’avait fait le chef des tribus Duwamish et Suquamish, devant le gouverneur Isaac Stevens lors de son discours en 1854 « La Terre n’appartient pas à l’Homme, c’est l’Homme qui appartient à la Terre ».

Il existe aujourd’hui encore, peu de produits d’investissement dans ce secteur, accessibles aux particuliers. Néanmoins, à travers certains fonds, vous pouvez vous y familiariser. Dans les exemples cités ici http://www.ethiquette.ca/strategies/linvestissement-a-impact-social vous pouvez trouver certains de ces fonds.

Des commentaires, des idées, des remarques… ?  Nous vous invitons à nous en faire part dans la boite prévue à cet effet, ci-dessous.

*La fondation de la famille J.W.McConnell est une fondation qui a pour but d’engager les Canadiens à bâtir une société plus inclusive, plus viable, plus résiliente et plus novatrice. La raison d’être de la fondation est de renforcer la capacité du Canada à aborder des enjeux complexes sur le plan social, économique et environnemental.

FFFF_Facebook (1)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>