L’investissement d’impact : un levier pour les fondations caritatives

L’investissement d’impact : un levier pour les fondations caritatives

Les institutions à vocation sociale – telles que les institutions d’enseignement et de soins de santé, les fondations caritatives et organisations environnementales – ignorent bien souvent qu’elles peuvent, si elles le souhaitent, aligner leurs investissements à leurs valeurs. Dans le cadre de notre campagne Le vrai visage de l’investissement responsable, deux fondations caritatives nous ont fait part de leur témoignage, à l’intérieur duquel elles expliquent comment elles réussissent à utiliser leur sphère d’influence pour accomplir leur mission.

Peu de Canadiens ont une bonne connaissance du secteur caritatif.  Au Canada, tant les fondations publiques que privées sont encadrées par la Loi de l’impôt sur le revenu. Cette loi s’intéresse à la façon dont l’argent et les ressources sont collectées, distribuées et dépensées, mais peu à la manière dont les fondations caritatives investissent les fonds recueillis par le biais de dons par exemple.

chart

Essentiellement, la loi canadienne exige que les fondations versent chaque année un montant d’au moins 3.5 % de leurs actifs en lien avec leur mission sociale ou environnementale. Toutefois, celles-ci sont rarement conscientes du fait que les actifs qu’elles ont pris la décision d’investir/placer (le 96,6 % restant) peuvent également servir à l’atteinte de cette mission (Pour en savoir davantage sur les lois qui encadrent les fondations, voir « L’investissement axé sur la mission pour les fondations : les consideérations juridiques » (2012).

Pour mieux comprendre l’importance d’aligner les pratiques d’investissement aux valeurs et mission d’une fondation, prenez l’exemple d’un hôpital. Il ferait ainsi beaucoup de sens pour une institution de soins de santé d’éviter les entreprises qui nuisent à la santé humaine ou d’encourager celles qui favorisent l’innovation dans ce domaine lors du choix et de la gestion de son portefeuille de placements.

Le nombre de fondations qui investissent leurs actifs en lien avec leur mission – au-delà des exigences de la loi canadienne –  est en progression. Deux de ces fondations ont d’ailleurs fait part de leur témoignage dans le cadre de notre campagne Le vrai visage de l’investissement responsable.

La présidente et PDG de la Fondation Inspirit, Andrea Nemtin, explique (en anglais seulement) dans une courte vidéo comment la fondation a réussi à adopter un portefeuille 100 % axé sur l’investissement à impact social. Jory Cohen, le directeur de Social Finance and Investment à la fondation Inspirit, y fait également part de son parcours passionné vers l’investissement responsable. Voir les témoignages de Andrea et de Jory.

Inspirit

Jacques Bordeleau, directeur exécutif de la Fondation Béati, , explique pour sa part comment cette fondation à mission de justice sociale poursuit sa mission à travers différentes stratégies d’investissement responsable. La fondation propose même à ses employés un régime de pension avec option ISR. Lire le témoignage de Jacques.

Béati

 

 

Merci à ces deux fondations inspirantes qui nous ont partagé leurs histoires et qui ont pris soin de faire les choses autrement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>