Un fonds pour investir dans la réduction des GES – le Québec à l’avant-garde

Un fonds pour investir dans la réduction des GES – le Québec à l’avant-garde

Il y a tout près d’un an jour pour jour, Ethiquette publiait un article qui décrivait les grandes lignes du marché du carbone au Québec (SPEDE). Dans cet article, on précisait du même coup qu’il était à la fois difficile et peu intéressant pour les petits joueurs, notamment les particuliers, d’investir dans le SPEDE et, à plus large échelle, dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Signe de l’intérêt grandissant des investisseurs pour lutter contre les changements climatiques, le vent commence progressivement à tourner…

Le 16 novembre dernier dans le cadre de la COP 22 à Marrakech, Fondaction CSN et COOP Carbone ont annoncé la création du Fonds Carbone qui, selon eux, serait l’un des plus importants fonds de la sorte à l’échelle mondiale. En résumé, il s’agit d’un fonds d’une valeur de 20 M $ destiné à financer des projets permettant de réduire les émissions de GES.

Le financement fonctionne à travers un « contrat carbone », par le biais duquel le prêt est remboursé à l’aide des crédits compensatoires générés par le projet. Au total, entre 15 et 25 projets devraient être financés par ce fonds. Le tout sera géré par une entité dont Fondaction CSN et la Coop Carbone sont actionnaires à 50 % chacun.

En utilisant les crédits compensatoires pour assurer le remboursement du financement, ce nouveau fonds s’inscrit comme une initiative de financement innovante qui permet de maximiser les retombées du marché du carbone québécois en matière de réduction des GES.

Quelques caractéristiques des contrats carbones

Types de projets financés : projet de réduction de gaz à effet de serre qui génère des crédits compensatoires. Les promoteurs peuvent être, par exemple, des opérateurs de mines, des éleveurs de bétail, des exploitants forestiers, des entreprises dont les activités nécessitent l’utilisation de réfrigérants synthétiques, etc.

Montant : Le contrat sera pour un montant minimum de 500 k$ et d’un maximum de 2 M$. Un maximum de 10 % du fonds peut-être investi dans un même projet et de 20 % dans des projets appartenant au même promoteur.

Remboursement et rendement : Le remboursement de capital et le rendement sont prélevés à même les crédits qui vont être générés par le projet financé en 2 phases :

  • Phase1 : Durant la période de remboursement du capital, les crédits générés sont transférés directement au fonds à une valeur escomptée par rapport à la valeur au marché. L’escompte est le générateur de rendement durant cette période
  • Phase 2 : Une fois le capital remboursé, le fonds s’engage à acheter pour la durée restante au contrat carbone, les crédits qui vont être générés par le projet, et ce, toujours à escompte par rapport au prix du marché. L’escompte est le générateur de rendement durant cette période.

Garanties : Le Fonds prendra en garantie les crédits compensatoires générés par le projet pour la durée du contrat carbone ou jusqu’au remboursement du capital.

S’ils ne peuvent toujours pas investir directement dans ce fonds, les particuliers peuvent néanmoins y contribuer via Fondaction. Pour mieux comprendre ce dont il s’agit, Ethiquette s’est entretenue avec Geneviève Morin, Chef de l’investissement de chez Fondaction :

Qui peut contribuer (investir) à ce fonds et de quelle manière (quand, comment) ?

Pour l’instant, Fondaction est le seul investisseur dans le Fonds Carbone, au côté de notre partenaire Coop Carbone. La meilleure façon d’y contribuer pour un particulier consiste donc à souscrire à Fondaction! Nous prévoyons toutefois que d’ici quelques années, d’autres investisseurs tels que des caisses de retraite ou autres fonds d’investissement, se joindront à un deuxième fonds, de plus grande taille, qui pourra être mis en place sur la base de l’expérience de celui-ci.

Quel est l’impact souhaité par ce nouveau fonds ?

Le Fonds Carbone vise à accélérer l’émergence et le déploiement de projets qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre (GES). Le Fonds achète à l’avance, à escompte, les crédits carbone qui seront générés dans les premières années, ce qui diminue le coût du projet, et s’engage à acheter à un prix déterminé une certaine quantité d’autres crédits par la suite, ce qui en augmente la rentabilité. Il devient donc plus facile et plus rentable de démarrer de tels projets pour les promoteurs.

De plus, en achetant ainsi des crédits carbone qu’il revend aux grands émetteurs, le Fonds Carbone contribue à rendre plus fluide le marché du carbone, participant à son succès.

Comment ces impacts seront-ils mesurés ?

Nous suivrons le nombre de projets financés par le Fonds Carbone mais également les réductions de GES qui résultent de ceux-ci.

Quels sont les rendements prévus et sur un horizon de combien de temps ?

Compte tenu du caractère novateur de son offre de service et du marché dans lequel il opère, le Fonds Carbone vise à procurer un rendement semblable à celui des fonds de capital de risque, soit un rendement annuel moyen de 15 à 20 % sur un horizon de dix ans.

 

Crédit photo :

Sun photograph designed by Daviles – Freepik.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>